gastroplastie avec plicature partielle de l’estomac

Pertinence, sécurité, et qualité de la chirurgie de l’obésité

La méthode GPPE (gastroplastie avec plicature partielle de l’estomac), chirurgie conservatrice, réversible et sans mutilations, répond aux préconisations de l’IGAS.

Téléchargez le dossier de presse Technique Le Goff

Paris, 25 septembre 2018

Efficace et sûre, la Gastroplastie avec Plicature Partielle de l’Estomac (GPPE) mise au point par le Docteur Jean-Yves Le Goff,

Le Goff Technique - Chirurgie de l'Obésité

Chirurgie de l’obésité : la gastroplastie avec plicature partielle de l’estomac (GPPE), une alternative sérieuse aux bypass et aux sleeve

 

Paris, 21 juin 2017 – La gastroplastie avec plicature partielle de l’estomac (GPPE), dite Technique Le Goff, du nom du chirurgien qui l’a mise au point, confirme sa sûreté et sa remarquable efficacité, avec une mortalité nulle et un taux de complications post-opératoires très faible, selon les résultats d’une étude portant sur 1.000 patients opérés et plus de 21 ans de recul.

Lutte contre l'obésité - Le Goff Technique

Mai, le mois de l’obésité

Coup sur coup, la journée européenne de lutte contre l’obésité le 19 mai, suivie par la Journée mondiale contre l’Obésité le 23 mai, braquent les projecteurs sur la maladie « obésité ». Certains contestent l’utilité de ces rendez-vous itératifs. A mon sens, toute prise de position, tout évènement de sensibilisation sont les bienvenus, au même titre que la dispensation d’une information sur les règles d’hygiène de vie incluant l’alimentation,

la chirurgie métabolique - chirurgie de l'obésité - Le Goff Technique

La chirurgie métabolique, un traitement revolutionnaire du diabète parmi les autres ?

La chirurgie bariatrique est devenue « métabolique », en raison de son impact sur des maladies comme le diabète et non plus uniquement sur le surpoids, observé dans les études mais également la vraie vie. En effet, c’est un constat fréquent au sein de ma patientèle en surpoids et diabétique de type 2, opérée sans exception avec la technique Le Goff.

grossesse après chirurgie de l'obésité - Chirurgie de l'obésité - Le Goff Technique

Chirurgie de l’obésité : les bébés de l’anneau

La grossesse après une chirurgie bariatrique est-elle une grossesse… sous conditions ?

Les études scientifiques rassurent sur l’issue des grossesses après une chirurgie de l’obésité, sans augmentation notable du risque de malformations congénitales, à part quelques cas d’anomalies de fermeture du tube neural dues à des carences en folates (vitamine B9), à des troubles hématologiques et neurologiques néonataux (carences en vitamine B12) et des complications oculaires (vitamine A).

Chirurgie de l'obésité - Le Goff Technique

Chirurgie de l’obésité : de l’importance du suivi à long terme

La presse s’en est fait l’écho, des spécialistes ont donné leur avis… Les différentes études sur la chirurgie bariatrique ayant un recul de dix à 20 ans et plus, peu nombreuses par ailleurs, semblent converger. Et le moins que l’on puisse dire est que l’engouement du début a parfois été déçu.

Un récent article* revient justement sur les taux de réussite des différentes chirurgies,

Chirurgie de l'obésité - Le Goff Technique

Chirurgie de l’obésité : de nouveaux résultats confirment l’efficacité durable de la Technique Le Goff

Paris, 2 août 2016 – La Technique Le Goff, du nom du chirurgien Jean-Yves Le Goff qui l’a mise au point, confirme sa sûreté et sa remarquable efficacité, avec une mortalité nulle et un taux de complications post-opératoires très faible, selon les résultats d’une nouvelle étude de suivi portant sur une série de 897 patients,

Chirurgie de l'obésité - Le Goff Technique

La chirurgie de l’obésité vouée à l’échec sans un traitement des causes psychologiques qui sont à 80%-90% à l’origine de la maladie

Après la chirurgie, le suivi psychologique reste primordial pour éviter une rechute

Paris, 23 mai 2016 – Une prise en charge chirurgicale de l’obésité sévère ou morbide a peu de chances de réussir à moyen et long terme, si les causes psychologiques, qui sont à 80%-90% à l’origine de la maladie, ne sont pas également traitées,

12